Français : résumé de Les diaboliques, Jules Barbey d'Aurevilly



 Les diaboliques , Jules Barbey d'Aurevilly

Personnages :

Docteur Torty : Vieille connaissance du narrateur
Il a exercé la médecine dans la ville de V pendant 30 ans, jusqu'à que s’est patients moururent (ses fermiers)
Il est sur l’âge et fou d’indépendance
Il est venu s’engloutir dans Paris et exerce la médecine pour son plaisir
C’est un grand médecin et un grand observateur
Il a l’esprit hardi et vigoureux
Il s’en prend aux matois (=personne rusé est hardi)
Disciple de Cabanis (médecin, philosophe, adepte du matérialisme)
Vieillard ayant passé les soixante dizaines mais carré, robuste et noueux avec un visage sardonique (=avec une ironie méchante)
Il a une perruque châtain, claire, très lisse, très lustrée et a des cheveux très courts
Très bon cavalier
Naturaliste qui se moque des lois sociales mais ne les remplace pas par ceux des idées de Dieu.
Il méprise l’Homme
Il est l’ennemi du catholicisme, c’est aussi un moraliste

Narrateur : Il aime les personne rusé et hardi par leur coté qui déplait aux autres. Il respect le catholicisme

Stassin ou « La pointe au cœur » : ancien prévôt, bras couvert de chevrons. Il est à l’origine de la salle d’arme

Mlle Hauteclaire Stassin / Comtesse de Savigny / servante Eulalie : fille de Stassin, elle porte le nom de l’épée d’Olivier. Elle est très forte dans le maniement de l’épée.

Le comte Serlon de Savigny : revenu habiter le château de son père (mort) à V, il est promis à Mlle Delphine de Cantor. C’est une personne brillante et l’une des plus piaffantes de l’époque. Il se mariera après la mort de sa femme à Mlle Hauteclaire Stassin

Mlle Delphine de Cantor : élévée au Bénédictines (où elle s’est ennuyée), elle en est sortie pour épouser le comte Serlon de Savigny. (description p 127). Empoissonée par Eulalie, elle bue toute l’encre de son plein grès pour pouvoir mourir et ne plus supporter cette vie.

Définitions :

Naturalisme : attitude philosophique, à prétention scientifique qui consiste à expliquer tous les phénomènes, y compris dans le domaine moral et psychologique.

Naturaliste : manière de raconter qui vise à reproduire la réalité de la manière la plus objective possible.

Moraliste : Personne qui aime à faire la morale.

Bretteuse : qui se bat souvent à l’épée

Bénédictines : l’ordre de Saint-Benoît, qui recommande l’abnégation de soi, la soumission et la discipline intérieur.


Le bonheur dans le crime :

Le narrateur et le docteur Torty sont dans le jardin des Plantes (Paris) en automne.
Ils s’arrêtent devant la cage de la panthère, qui leur paraît supérieur à tout le monde. Soudain un couple scinde le groupe.

Entre la femme et la panthère, il y eu un duel visuel et la femme gagna. Mais elle voulut encore plus humilier la panthère alors elle enleva son gant (qui lui recouvrait de l’avant bars jusqu’à la main) et fouetta le museau de la panthère qui fit un mouvement rapide et attrapa le gant. Le couple était un exemple parfait de l’amour conjugal et ils sortirent du jardin. (p 104)

Ils passèrent à côté du docteur Torty qui était leur ancien docteur sans le reconnaitre.
Et il apprit au narrateur qu’ils étaient le comte et la comtesse de Savigny mais à leur château (près de V), il y eu beaucoup de bruit sur eux.
Et le docteur raconta ses bruits.

L’histoire du comte et de la comtesse de Savigny :


Tout commence les premières années qui suivirent le Révolution, un régiment de Gardes qui passait à V décida de donner un assaut (=exercice au fleuret) en l’honneur de la ville de V qui était connu pour sa noblesse et car c’était la ville la plus bretteuse. Un ancien prévôt de régime décida que V était un endroit parfait pour terminer ses jours. Ils s’appelaient Stassin ou « La pointe au cœur ». Il fut l’administration de V et créa une salle d’arme où il donnait des cours. Il épousa aussi, la cinquantaine passé une grisette qui lui donna neuf mois plus tard une fille (la future comtesse de Savigny). (p 109)

Elle était un merveilleux enfant pour la force et la beauté. On lui donna le nom de Hauteclaire. Son père lui décida de lui apprendre son métier et au bout de plusieurs années devint aussi forte que son père. Elle avait toujours le visage caché par un voile ou sous les mailles de son masque.

Hauteclaire a alors 17 ans, son père est veuf et la révolution a fait fuir tous les nobles de V.
(p 114) Un matin, fut amené à sa salle d’arme, le comte Serlon de Savigny. A partir de ce jour il prit des cours d’arme avec Mlle Hauteclaire.

Le temps passa La pointe au cœur mourut, la salle fut fermée quelque temps mais sa fille l’a rouvrît et décida de continuer les cours de son père. le comte de Savigny se maria avec Mlle Delphine de Cantor. 
Mais un jour Mlle Hauteclaire disparut, personne de savait où elle était parti et avec qui.

(p 121) Un an passa, un jour, le docteur, qui savait tous ce qui passait dans V, fut appelé au château des Savigny car la châtelaine était malade. Et soudain, il vit Mlle Hauteclaire qui se faisait passer pour une servante sous le nom d’Eulalie. Et après un regard sur le comte, il décida de ne rien dire à personne. Et il revint tous les jours pour la patiente et pour observer les habitants du château.

La comtesse n’était pas au courante de la relation qui liait son mari à la servante.
(p 129) Il essaya même un fois de le faire découvrir à la comtesse en lui parlant mais elle ne comprit pas.
(p 133) Deux mois passèrent, revenant le soir de son tour qui fut retardé pour un accouchement difficile, il renonça à passer chez le comte. Mais pour aller à V, il devait contourner le château et passer pas un bois.  Soudain il entendit un bruit de claquement d’épée : Serlon et Hauteclaire faisaient des exercices d’épée. Ils firent une pause et s’embrassèrent. Cette nuit expliqua la maigreur de Savigny et les yeux battus de Hauteclaire. Et le docteur sortit du bois et regagna V.

La maladie empirait et voulant que cela se termine vite, (p 140) Eulalie confondit une potion et de l’encre et la fit boire à la comtesse qui mourut mais elle parla au docteur avant et lui fit jurer de ne rien dire de cette histoire a quelqu’un : la comtesse avait compris la relation (et le docteur était le seul à le connaître). Elle ne voulait pas que ça se sache non pas pour amour à Serlon (qu’elle haïssait) mais pour pas que le nom qu’elle ait porté soit souillé.
Deux ans plus tard après le deuil de sa femme, Serlon et Hauteclaire se marièrent. Le docteur continua à les observer pour trouver une faille dans leur relation mais il n’en trouva aucun. Et le couple vécut heureux (un bonheur dans le crime) sans avoir d’enfant.

Ailleurs sur le web