Traduction juxtalinéaire In Catilinam I, Chapitre 1 et 2 de Cicéron

Télécharger ce cours : www.sohcahtoa.fr/p/telechargement-latin.html

Texte étudié

Quo usque tandem abutere, Catilina, patientia nostra ? Quam diu etiam furor iste tuus nos eludet ? Quem ad finem sese effrenata iactabit audacia ? Nihilne te nocturnum praesidium Palati, nihil urbis uigiliae, nihil timor populi, nihil concursus bonorum omnium, nihil hic munitissimus habendi senatus locus, nihil horum ora uoltusque mouerunt ? Patere tua consilia non sentis, constrictam iam horum omnium scientia teneri coniurationem tuam non uides ? Quid proxima, quid superiore nocte egeris, ubi fueris, quos conuocaueris, quid consilii ceperis, quem nostrum ignorare arbitraris ?

O tempora, o mores ! Senatus haec intellegit. consul uidet; hic tamen uiuit. Viuit ? immo uero etiam in senatum uenit, fit publici consilii particeps, notat et designat oculis ad caedem unum quemque nostrum. Nos autem fortes uiri satis facere rei publicae uidemur, si istius furorem ac tela uitemus. Ad mortem te, Catilina, duci iussu consulis iam pridem oportebat, in te conferri pestem, quam tu in nos omnes machinaris.
In Catilinam I, Chapitre 1 et 2, Cicéron

La traduction juxtalinéaire

Quo usque tandem abutere, Catilina, patientia nostra ? = Jusqu’à quand abuseras-tu de notre patience, Catilina ?
Quam diu etiam furor iste tuus nos eludet ? = Combien de temps encore cette fureur qui est la tienne (= ta fureur) se jouera-t-elle de nous ?
Quem ad finem sese effrenata iactabit audacia ? = Jusqu’où s’emportera ton audace effrénée ?
Nihilne te nocturnum praesidium Palati, nihil urbis uigiliae, = Rien, ni la garde nocturne nuit sur le mont Palatin, ni les vigiles de la ville,
nihil timor populi, =  ni la crainte du peuple,
nihil concursus bonorum omnium, = ni ce concours de tous les bons citoyens
nihil hic munitissimus habendi senatus locus, = ni ce lieu très fortifié pour tenir cette séance du sénat,
nihil horum ora uoltusque mouerunt ? = ni les regards et les visages de tous ne t’ont ébranlé ?
Patere tua consilia non sentis, = Ne sens-tu pas que tes desseins sont patents et découverts,
constrictam iam horum omnium scientia teneri coniurationem tuam non uides ? = Ne voit-tu pas que ta conjuration cernée de toutes parts est déjà circonvenue par tous ceux-là ?
Quid proxima, = Ce que la nuit dernière
quid superiore nocte egeris, = et celle qui l’a précédée tu as fait,
ubi fueris, = où tu a été,
quos conuocaueris, = quels complices tu as réunis,
quid consilii ceperis, = quelles résolutions tu as prises,
quem nostrum ignorare arbitraris ? = lequel de nous crois-tu qu’il ignore [tout cela]

O tempora, o mores ! = Ô temps ! Ô mœurs !                
Senatus haec intellegit. = Le sénat sait tous ces complots,
consul uidet; = le consul les voit,
hic tamen uiuit. = et Catilina vit encore !
Viuit ? = Il vit ?
immo uero etiam in senatum uenit, = Bien plus même il vient au sénat,
fit publici consilii particeps, = il prend part au conseil public,
notat et designat oculis ad caedem unum quemque nostrum. = il choisit et désigne des yeux chacun de nous pour le massacrer
Nos autem fortes uiri = Mais nous autres, hommes courageux
satis facere rei publicae uidemur, = nous croyons faire assez pour la République,
si istius furorem ac tela uitemus. = si nous évitons sa fureur et ses coups.
Ad mortem te, Catilina, = C’est à la mort, Catilina,
duci iussu consulis iam pridem oportebat, = que, sous l’ordre du consul, il fallait que tu fusses envoyé depuis longtemps,
in te conferri pestem, = et que sur toi fût reportée la ruine
quam tu in nos omnes machinaris.= que contre nous tous tu machines depuis longtemps déjà.

Traduction

Jusqu’à quand abuseras-tu de notre patience, Catilina ? Combien de temps encore cette fureur qui est la tienne (= ta fureur) se jouera-t-elle de nous ? Jusqu’où s’emportera ton audace effrénée ? Rien, ni la garde nocturne nuit sur le mont Palatin, ni les vigiles de la ville, ni la crainte du peuple, ni ce concours de tous les bons citoyens, ni ce lieu très fortifié pour tenir cette séance du sénat, ni les regards et les visages de tous ne t’ont ébranlé ? Ne sens-tu pas que tes desseins sont patents et découverts, Ne voit-tu pas que ta conjuration cernée de toutes parts est déjà circonvenue par tous ceux-là ? Ce que la nuit dernière et celle qui l’a précédée tu as fait, où tu a été, quels complices tu as réunis, quelles résolutions tu as prises lequel de nous crois-tu qu’il ignore [tout cela]

Ô temps ! Ô mœurs ! Le sénat sait tous ces complots,  le consul les voit, et Catilina vit encore ! Il vit ? Bien plus même il vient au sénat, il prend part au conseil public, il choisit et désigne des yeux chacun de nous pour le massacrer. Mais nous autres, hommes courageux, nous croyons faire assez pour la République, si nous évitons sa fureur et ses coups. C’est à la mort, Catilina, que, sous l’ordre du consul, il fallait que tu fusses envoyé depuis longtemps, et que sur toi fût reportée la ruine que contre nous tous tu machines depuis longtemps déjà.

Ailleurs sur le web