Latin : traduction juxtalinéaire de De Oratore, ligne 30-33, Cicéron




Cicéron, De Oratore, ligne 30-33

I. Traduction

Veroneque quicquammihi videtur praestabiliusquam posse tenere hominum coetus dicendo mentes adlicere voluntates impellere quo velis autem deducere unde veils








Haec una res semper floruit praecipue in omni libero populo maximeque  in civitatibus pacatis tranquillisque semper que dominata est.



Enim quid est tam mirabile quam qui ex infinita multitudine hominum possit vel solus vel cum perpaucis facere id quod sit datum omnibus natura










aut tam jucundum cognitu atque auditu quam oratio ornata et polita sapientibus sententiis gravisque verbum



aut tam potenstamque magnificum quam populi motum judicum religiones senatus gravitaten converti oratione unius
Vero
neque quicquam
mihi videtur
praestabilius
quam posse
tenere hominum coetus
dicendo
mentes adlicere
voluntates impellere
quo velis
autem deducere
unde veils

Haec una res
semper floruit praecipue
in omni libero populo
maximeque
in civitatibus
pacatis tranquillisque
semper que dominata est.

Enim
quid est
tam mirabile
quam qui
ex infinita multitudine
hominum
possit
vel solus
vel cum perpaucis
facere
id quod
sit datum
omnibus
natura

aut tam jucundum
cognitu atque auditu
quam oratio
ornata et polita
sapientibus sententiis
gravisque verbum

aut tam potens
tamque magnificum
quam
populi motum
judicum religiones
senatus gravitaten
converti
oratione unius
vérité
rien ne
me semble
plus avantageux
que pouvoir
tenir une assemblée d’hommes
en parlant,
séduire les esprits,
conduire les volontés
là où l’on veut
mais de les ramener
d’où l’on veut.

Cette chose unique
a toujours été particulièrement florissante
chez tous les peuples libres
et surtout
dans les cités
pacifiques et tranquilles
et elle y a toujours régné.

En effet
qu’il y a-t-il
d’aussi admirable
que le fait que
issu de la multitude infinie
des hommes
il puisse
ou bien seul
ou avec très peu d’hommes
faire
ce qui
a été donné
à tous
par la nature,

ou d’aussi agréable
à savoir et à entendre
qu’un discours
orné et joli
par des pensées sages
et par des mots lourds

ou d’aussi puissant
et d’aussi magnifique
que la fait que
les passions des peuples,
les scrupules des juges
et le poids des sénateurs
soit retourné
par le discours d’un seul (homme)

Ailleurs sur le web