Latin : lecture analytique de la Vie des douze Césars, Néron, L1 à L3, Suétone



Lecture analytique de la Vie des douze Césars, Néron, L1 à L3, Suétone 




Introduction : Suétone est un polygraphe et un érudit romain qui a vécu entre le Ier et le IIe siècle. Il est principalement connu pour sa Vie des douze Césars, qui comprend les biographies des empereurs Julio-Claudien. A la fin de cette œuvre, Suétone traite de l’empereur Néron. Il évoque tout d’abord ces ancêtres qui connaissent plusieurs cas de folie, il résume ensuite sa vie et ses centres d’intérêt, les crimes qu’il a commis. Dans l’extrait étudié, situé du paragraphe 51 à 53, qui vient après les thèmes évoqués ci-dessus, Suétone fait une sorte de synthèse du portait de Néron. Qu’est-ce que ce texte nous apprend-il sur la manière dont Suétone conçoit son travail d’historien et sur sa vision de l’empereur Néron ? Pour répondre à cette question, nous allons voir tout d’abord, la conception de l’Histoire de Suétone, puis dans une deuxième partie nous verrons en quoi Néron est un contre-modèle de la figure impériale

I.                    La conception de l’Histoire
1)       Les sources de Suétone
                Suétone mentionne ses sources de natures différentes:
- sources écrites : ligne 19 : « pugillares libellique cum quibusdam notissimis uersibus ipsius chirographo scriptis ». Texte écrit directement par l’empereur : source de première main qui est des sources sur lesquelles l’historien doit faire des observations et des analyses.
- sources orales : ligne 18 « nec, ut quidam putant » : source qui s’avère fausse ; ligne 27 « Exiit opinio » : source qui s’avère vrai ; ligne 36 « aiunt » : source qui s’avère vrai. Source transmises par voix orales : l’historien doit faire une critique pour faire apparaitre la vérité.

2)       L’organisation du matériau historique
- Organisation thématique spécifique de Suétone du matériau historique et non pas chronologique :
                               - Physique (paragraphe 51)
                               - éducation (paragraphe 52)
                               - Psychologie (paragraphe 53)
- Cette organisation relevée par Suétone que les hommes sont plus importants que les évènements :les évènements subordonne le portrait et le portrait observe les évènements ; ce qui est important est que l’histoire donne des modèles et des contre-modèles ; données une leçon morales et politique.
                - Ici Néron est présenté comme un contre-modèle

II.                  Néron un contre-modèle
1)       Physique
- Néron :
- saleté : « corpore maculoso et fetido » (ligne 1-2)
- manque de netteté : « subflauo » (ligne 2) « caesis » (ligne 3à
- caractère efféminé : ligne 9-10 « comam semper in gradus formatam … pone verticem »
                           
- déséquilibre : « ceruice obesa, uentre proiecto, gracillimis cruribus », ligne 3-4 : caricature assez comique
- négligé : le « since » et le « dis-»  dans « sine cinctu et discalciatus » qui souligne une absence qui ne devrait pas être.
- Néron est un contre-modèle du point de vue du physique ; il n’a pas la prestance de quelqu’un de sa fonction.
               
2. La formation intellectuelle
a)       les qualités
- Depuis sa jeunesse il a étudié le grec, la grammaire et la maitrise de la rhétorique ce qui est assez correct : « Liberalis disciplinas … puer » (ligne 13).
- Talent pour les arts plastiques avec la litote « Habuit et pingendi fingendique non mediocre studium» (ligne 24-25)
- la poésie : il écrivait ses vers lui-même : (ligne 17-18), « carmina…composuit »

Suétone reconnait les points positifs à Néron. Mais il montre aussi ces lacunes

b)       les lacunes
- La philosophie, détournée par la mère, Agrippine : elle considérait que la sagesse écarte les hommes du pouvoir car selon elle l’exercice du pouvoir demande justement une certaine indifférence à autrui, une certaine démesure. Pour elle le pouvoir est nécessairement tyrannique or la philosophie prône la sagesse : « Sed a plilosophia eum mater auertit monens  imperaturo contrariam esse » (ligne 14- 15).
- Un déficit dans la connaissance des grands orateurs due à cause de Sénèque qui est l’un des principaux représentants de la philosophie stoïcienne à Rome et le percepteur de Néron. Cela montre que Sénèque est hypocrite : il a vendu sa philosophie au pouvoir.
- C’est une explication psychologique de Suétone : ce serait par orgueil que Sénèque aurait laissé Néron dans l’ignorance pour Néron n’est à disposition que des textes de Sénèque et pas d’autre modèles : « eum auertit a cognitione  ueterum oratorum Seneca praeceptor, quo diu in admiratione sui detineret », (ligne 15 à 16)

Son éducation est mauvaise car on a développé son imagination déjà féconde en revanche on a négligé la raison qui est une « faculté rationnel »


3.  Le portrait psychologique
               
- Gout de la popularité : « popularitate » (ligne 26). C’est paradoxal : il s’intéresse à quelque chose de plus bas que lui : il cherche le peuple au lieu de chercher quelque chose de plus haut que lui.
                - Exhibitionnisme : attitude complément humiliante « nudus » ligne
- Mégalomane : il rivalise avec les Dieux : « Apollinem » (ligne 34), « Solem » (ligne 34), « Herculis » (ligne 35). Cela est un paradoxal car il veut à la fois intéresser le peuple et rivaliser avec les dieux.
C’est un empereur fou qui est indigne de sa fonction

- Accumulation de complément circonstanciels de lieu et de manière : « inter athletas » (ligne 29), « quam assidens » (ligne 31), « in stadio humi » (ligne 32), « assidens » (ligne 32), « protrahens » (ligne 33), « uel claua, uel brachiorum nexibus » (ligne 36-37)in amphitheatri harena (ligne 37). il ne se comporte pas comme un noble : Les compléments circonstanciels de lieu souligne qu’il n’est pas à se place comme empereur, et les compléments circonstanciels souligne le fait qu’il n’agit pas comme il devrait se comporter un empereur.

               
Conclusion :
Avec une analyse précise de ses sources écrites et orales, Suétone voit Néron comme un empereur qui ne devrait pas l’être car c’est un contre-modèle de cette fonction. Mais avec cette analyse, Suétone nous transmet sa vision de ce que doit être et ne pas être un empereur modèle :
- il doit avoir de la sagesse et de la raison : ratio, ionis, f
- il doit avoir de la prestance, de l’élégance, de la dignité : dignittas, atis, f
- il doit avoir de la mesure et de la tempérance : temperantia, ae, f

Ailleurs sur le web