Histoire : THEME IV Leçon 3 : Le temps des colonies




THEME IV
Leçon 3 : Le temps des colonies


Colonisation : fait de peupler un territoire hors de son pays. Terme neutre, aussi ancien que l'humanité (colonies grecques de la Méditerranée ; l'Empire romain sur toute l'Europe).
Impérialisme : volonté d'expansion et doctrine qui justifie la domination d'une métropole sur une colonie de tous les domaines (économie, culture, politique, militaire).
Colonialisme : Doctrine qui justifie la colonisation étant bénéfique à la métropole (connotation actuelle négative).
Système colonial : façon de gérer et d'organiser l'Empire colonial.

I – Des européens qui imposent leur domination sur le monde
  1. Le temps des conquêtes coloniales...
  • 3 âges de colonisation européenne.
    • XVIe – fin XVIIIe : Mercantilisme avec Colbert (économie de plantation + économie de traite).
    • Début XIXe – 1850 : Empires informels après la fin des empires
      • espagnols et portugais (perte de l'Amérique Latine)
      • français (Lorraine vendue en 1803, Canada perdu en 153)
      • Seul le Royaume-Uni colonise en Europe à ce moment là (Il possède 93% des terres colonisés)
  • Commerces vers 1850 amène un 3e âge colonial qui fait qu'en 1914, 60% des terres mondiales appartenant aux européens avec deux immenses Empire.
    • Britannique, le plus grand de tous les temps : ¼ de la superficie du monde, ¼ de la population mondiale.
    • Français, avec ses 10 millions de km².
  • Raisons de la colonisations
    • Population européenne passe de 275 millions en 1815 à 48 millions en 1914
      • 50 millions d'européens quittent le continent en un siècle
        • 35 millions vers les États-Unis, les autres vers les dominions britanniques
  • Idée de supériorité blanche sur les autres races
    • siècle de la hiérarchisation et de Darwin (L'origine des espèces 1859)
      • Darwinisme social (justifiera la supériorité de certains)
      • Déformation des thèses de Darwin
  • Les colonies sont des placements financiers de capitaux (peu probant)
    • Ouverture de nouveaux marchés économiques.
  • Intérêt géostratégique pour la flotte de guerre marchant au charbon
    • 1918 : PURU passe au MAZOUT
  • Le prestige, la grandeur nationale
    • idée du nationalisme (chauvinisme françaises + jingoïsme britannique avec John B.N.)
  • Concurrence aux pays européens qui veulent tous leur « place au soleil »
      « Course au clocher » ou « Scramble for Aafrica » (mêlée)
  • Devoir de civilisation avec Livingstone et sa réforme des 3C
    • Commerce
    • Civilisation (fardeau de l'Homme blanc)
    • Christianisme
  • Avant 1850, des États Africains existent
    • Empire du Samory Touré au Niger
    • Empire de Chaka zoulou en Afrique du Sud
    • Empire ethiopien de Ménélik I
    • Depuis XVe siècle, les européens ont investi les côtes
      • Créations de comptoirs sur la route des Indes.
        • Ravitaillement
        • esclavage
  • L’Afrique au XIXe siècle est peu à peu explorée par des Européens (missionnaires, commerçants, aventuriers, militaires).
    • Murgo Parks au Nigeria en 1806
    • René Caillé en 1928 est le premier à pénétrer à TOMBOUCTOU
    • Livingstone découvre a chute Victoria au Zimbabwe.
    • Général FAIDHERBE qui conquiert le Sénégal.
    • Général Gallieni à Madagascar
  • Le Royaume-Uni est présent
    • Afrique (du Sud), en Égypte, au Kenya, au Nigeria.
  • La France elle est présente à l'Ouest.
    • Maghreb, Algérie en 1830, les AOF et AEF.
    • Elle envisage d'être au premier rang, sa politique mondiale doit le lui permettre.
  • La Belgique possède le Congo Belge (Possession personnelle du roi belge)
  • Puissances secondaires
    • Portugal, Espagne, Italie (Libye).
  1. ...Et du partage des territoire
  • L’Asie e l'Afrique vont être partagées par les Européens à l'amiable même si cela provoque des tensions (Guerre des Boers entre colons néerlandais (afrikaners) et l'armée britannique 1899 – 1902) ( Affaire Fachoda en 1898 où 2 colonnes militaires françaises et britanniques se rencontrent et la France recule sans combat)
    • Au Congrès de Berlin, pendant 4 mois (1884 – 1885) 14 pays européens se mettent d'accord pour se partager l'Afrique à partir du littoral.
    • Beaucoup de bénéficiaires
    • État tampon : Congo belge
    • Libre échange commercial
      • Ces trois notions sont entretenues par Congrès de Berlin pour éviter des conflits entre pays européens et découpe la frontière à la règle
  • A Omdurman s'opposent mes partisants du MADHI (le leader du Jihad) et les Anglo-égyptiens
    • La conquête est possible non pas par le nombre de soldats mais par la tactique et les armes.
  • Les conquêtes peuvent s'effectuer
    • Par la force
    • par la négociation (Congo acquis par Sarrognande de BRAZZE)
Conclusion I : A la phase d'exploration succède celle de l'impérialisme et de la construction d'Empires coloniaux notamment en Afrique. A la veille de la Guerre, les puissances orientales se partagent les deux-tiers de la surface du globe et 60% de sa population
  • Grande-Bretagne : 32 millions km², 400 millions de gens
  • France : 11 millions km², 48 millions de gens
  • Pays-Bas : 2 millions km², 38 millions de gens
  • Allemagne : 3 millions km², 16 millions de gens
  • Belgique : 2,4 millions km², 15 millions de gens
  • Portugal : 2 millions km², 9 millions de gens
C'est quasiment la fin du partage du monde. L'impérialisme est alors considéré comme une politique légitime qui permet de promouvoir les intérêts nationaux.

II - … et qui finissent par administrer d'immenses empires coloniaux
  1. Justifier la colonisation et se doter d'une culture sociale...
  • Le Royaume-Uni est le seul grand empire colonial en 1880
    • Les autres pays perdent leurs colonies
    • La France, l'Espagne, le Portugal (perdu son empire fin XVIIIe – XIXe) ont reconstitué des nouveaux empires coloniaux.
      • La Grande-Bretagne s'est renforcée, la France s'est dotée en Afrique et en Indochine d'un grand empire. De ce fait, GB, FR, DE, PORT, BELG et ITAL ont désormais des empires plus importants.
  • Justifier la colonisation passe par l’appât de la civilisation européenne à des peuples jugés inférieurs et barbares
    • Victor Hugo : « La colonisation, c'est la civilisation qui marche sur la barbarie »
    • Règle des 3C de Rivingstone
    • Poids à assurer : Responsabilité vis-à-vis des populations colonisées.
      • Tous les européens à l'époque estiment que leurs pays doivent apporter la civilisation aux colonies car les valeurs européennes sont jugées universelles.
        • « La France est mère des Armes, des Arts et des Lettres », et car l'époque du XIXe siècle est celle du Progrès (Révolutions industrielles) et car il y a en Europe un sentiment de supériorité (Drawinisme social)
  • Profit des européens
  • 14 – 18 : plus d'Hommes pour aider
    • Tirailleurs sénégalais
  • 2 millions de soldats servent la Grande-Bretagne
  • Plus de 200,000 travailleurs arrivent en France en 1960-1974 (Nord Afrique et Indochine)
  • Ressources et matières premières (nickel, fruits, légumes)
  • Prix Nobel de médecine
    • Charles Nicole travaillant sur le typhus
    • Eugène Jamot et la maladie du sommeil.
  • Éduquer les populations
    • créer des écoles
      • En Afrique, sur 10% des portes universitaires, seuls 10% de français
      • Les britanniques créent des universités en Afrique et en Inde (Gandhi ou Nehm)
  • Culture coloniale se met en place dans la métropole.
    • Expositions coloniales commencent à Rouen en 1976 : rapport ethnologique au Champ de Mars : créations de villages Africains.
    • Jardins d'acclimatations avec des zoos humains
      • expositions « British Exhibition » de Wembley en 1924
      • Grande exposition coloniale de Vincennes en 1931 par le gouvernement français et le maréchal LYAUTEY (34 millions de billets vendus, 8 millions de visiteurs.
      • Musée de Colons à la Porte Dorée (fresque)
  • L'école a un rôle fondamental dans la mise en place d'une culture coloniale
    • Livres, romans d'aventures, exotisme, cartes tachetées de rouge
  • Propagande, publicité (Banania), affiches, timbres, drapeau (symbole de prestiges)
  • Romans
    • Rudyard KIPLING « Le Livre de la Jungle » en 1804
    • Edgard M. « La route des Indes » en 1894
  • Films
    • Jean DUVIVIER « Pépé le Moko » en 1934
  • Documentaires
    • « La croisière noire » en 1925
    • « La croisière jaune » en 1926
  • Chansons, poèmes, bandes dessinées
    • « Tintin au Congo »
  • Monuments
    • « Albert Memorial » au Hyde Park de Londres (1872)
  • L’œuvre coloniales
    • Ports, tunnels, ponts, barrages
  1. afin d'organiser un système colonial durable, malgré des critiques qui se font jours.
  • Les différences sont aussi dans la phase d'envisager le système du territoire
  • Administration directe depuis la métropole
    • Colonial Office de 1854 et le Ministère de la Colonie en 1894
  • Administration directe ou indirecte où la colonisation laisse certains postes administratifs (subalternes) aux indigènes
  • Dans tous les cas la métropole essaie de se baser sur l'association ou l'assimilation
    • Association : travailler les autorités locales (le cs de la GB)
    • Assimilation : Cherche à favoriser la colonie (en France)
      • En réalité, beaucoup d'investissements, très peu d'autonomie et un soupçon d'assimilation
  • La gestion des territoires colonisés varie en fonctions de plusieurs facteurs
    • Pays colonisateurs
    • Pays colonisés
    • la façon dont le territoire à été colonisé
    • du statut de la colonie
      • il y a des colonies ou « DEPENDANCES » gérées par le ministère des colonies (comme l'AOE, l'AEF, Le Kenya...)
      • il y a les dominions britanniques
        • « SELF-GOUVERNEMENT », statut de Weitminster en 1931 crée le COMMONWEALTH (égalité entre tous les membres, indépendance de facto de tous les dominions)
  • Algérie : 3 département français (Alger, Oran, Constantine) : dépend du ministère de l'intérieur (préfets)
  • Des mandas : territoires sous tutelle donnés par la SDN (Société Des Nations, 1919) à des puissances mandataires à titres provisoires
    • Cameroun allemand : partage entre la France (Syrie et Liban) et l'Angleterre (Palestine, Irak, Jordanie)
  • Comptoirs : villes littorales qui disposent d'un statut particulier
  • D'autres part, les critiques à l'encontre de la colonisation apparaissent très vites.
    • Écrivains et philosophes (André Gide, Voyage u Congo, Louis Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit)
    • Partis politiques (extrême droite française à la fin du XIXe siècle.
      • L'objectif après 1870 est de récupérer l'Alsace et la Moselle
      • extrême gauche communiste qui critique l'exploitation de l'Homme par l'Homme ; thèses de Marx et de Lénine qui en 1927 dit « L'impérialisme, stade suprême du capitalisme »)
  • Des milieux d'affaires
    • Les colonies sont-elles une bonne affaires ?
      • Pays-Bas avec un PIB qui augmente en lâchant l’Indonésie.
  • Des églises qui critiquent le rapport entre colonisateurs et colonisés :
    • acculturé,
    • ségrégé (racisme)
    • dominé
    • sujet devant des devoirs sans les droits
      • statut de l'indigéna de 1886 à 1946 dans l'empire français
        • ils paient des impôts, font le service militaire, mais n'ont pas le droit de vote, devoir de réquisition, devoir de travaux forcés pour les infrastructures, statut juridique, fiscal, pénal propre à l'individu.

Conclusion : Avant 1939, la puissance d'un État repose sur ses forces territoriale, humaine et économique, les colonies participent donc à la puissance des États et son recours lors des crises. Organisés sans préconçu, les empires coloniaux sont stabilisés et maîtriser avant 1939 sans être vraiment encore remis en cause d'autant qu'une culture et un imaginaire colonial (British Empire Exhibitionn de Wembley en 1924, exposition colonial de Vincennes de 1931) sont partagés par la majeur partie de l'opinion. Néanmoins, dès l'entre-deux-guerres, les Empires, à leur apogée, doivent faire face à des revendications de plus en plus organisées. Influencées par les idéologies occidentales, les élites indigènes, à l'exception en partie de l'Afrique noire, se structurent pour proposer un projet menant vers l'autonomie puis l'indépendance, alors que les puissances coloniales, elles, sont soucieuses de maintenir le statu quo.
Le phénomène est complexe d'où la difficulté à atteindre l'objectivité entre une vision européocentriste et une vision mondiste, d'où l'enjeu des « Mémoires » et de la question coloniale ou post-coloniale. Faire un bilan a donc une connotation idéologique d'autant que les mémoires de l'événement divergent. Pour reprendre Senghor : « la colonisation comme toute aventure humaine a charrié de l'or et de la boue, pourquoi ne retenir que la boue et non pas les pépites. »

Ailleurs sur le web