Résumé de Mademoiselle Fifi, Maupassant



Personnages

Comte de Farlsberg (major, commandant prussien)
Occupe le château d’Uville
(Physique) il est géant, large d’épaules, orné d’une longue barbe en éventail formant nappe sur sa poitrine (comme un paon militaire)

Le second, le baron de Kelweingstein (grade équivalent à celui de capitaine)
(Physique) c’est un petit rougeaud à gros ventre, sanglé de force, il lui manque deux dents et à une tonsure comme un moine (cheveux frisés, dorés et luisants)

Otto de Grossling (un lieutenant)

Fritz Sheunaubourg (sous-lieutenant)

Le marquis Whilhem d’Eyrik (sous-lieutenant)
C’est un tout petit blondin fier et brutal, dur aux vaincus et violents comme une arme à feu.
Surnommé Mlle Fifi à cause de sa tournure coquette, de sa taille fine et l’habitude qu’il avait prise pour exprimer son mépris des êtres et des autres, la locution : fi, fi donc.

Paméla (dame des rues)

Blondine (dame des rues)

Amenda (dame des rues)

Eva (dame des rues)

Rachel (dame des rues)
(Physique) c’est une brune toute jeune, à l’œil noir (comme une tache d’encre), une juive dont le nez retroussé confirmait la règle qui donne des becs courbes à toute sa race.
 
Résumé

Bloqués depuis trois mois à cause d’une pluie, les Prussiens s’ennuient dans le château abandonné à leur arrivée. Le propriétaire était parti sans rien prendre et avait laissé toute sorte de chose : tableaux, vases, des porcelaines, des objets que les Prussiens cassaient pour s’amuser.

Après un déjeuner en silence, ils se mirent à boire et à fumer et le baron proposa d’organiser une fête avec des dames, le major accepta et on envoya un cocher les chercher. Pour passer le temps, Mlle Fifi proposa de faire la mine, c’était une de ses inventions : il prit une théière de Chine, la remplie de poudre à canon mis un morceau d’amadou, l’alluma et il courut la mettre dans la pièce voisine. Ils attendirent et une explosion secoua le château. Ils accoururent pour voir le résultat : des morceaux de porcelaine partout dans la salle. Ils ouvrirent les fenêtres. Depuis leur arrivée, seul le clocher faisait une protestation pacifique : il refusait de faire sonner la cloche de l’église, hormis cela, il ne refusait rien aux Prussiens. Seul Mlle Fifi voulait forcer le clocher de faire sonner la cloche.

Ils s’occupèrent jusqu’au dîner. Au dîner, ils entendirent la voiture arrivée. Cinq filles descendirent de la voiture, elles furent attribuées selon le grade de chacun :
-      Pamela au commandant
-      Blondine au capitaine
-      Amanda au lieutenant
-      Eva au sous-lieutenant
-      Rachel à Mlle Fifi

Le commandant voulait agir après le repas. Pendant le repas, Mlle Fifi mordit Rachel, celle-ci fut rageuse mais ne put agir. Mais soudain le lieutenant cria « A nos victoires sur la France », et toutes les femmes se turent.  Mlle Fifi parla de la lâcheté des hommes français. Alors Rachel se révolta quand il dit « à nous aussi toutes les femmes de France » car elles étaient des putains et non des femmes. Et elle lui enfonça un couteau dans la gorge de Mlle Fifi.

Tout de suite après, elle prit la fuite. Le major organisa une poursuite avec beaucoup d’hommes. Deux soldats furent tués et trois autres blessés. Mais on ne retrouva pas Rachel. Alors les Prussiens terrorisèrent les habitants et firent étouffer l’affaire. Le major ordonna au curé de faire sonner la cloche. Contre toute attente, le prêtre accepta et à partir de ce moment la cloche continua à sonner. Tous les habitants la crurent ensorcelée. Ce n’est qu’une pauvre fille qui vivait le haut, nourrie en cachette par les deux hommes (prêtre et le curé). Elle y resta jusqu’au départ des Prussiens. Alors le prêtre, avec le char à bancs du boulanger, la conduisit aux portes de Rouen (le prêtre l’embrassa) et elle regagna le logis public où sa patronne la croyait morte.

Elle en fut tirée par un patriote sans préjugés qui l’épousa et elle devint une Dame.

Ailleurs sur le web