Français : biographie de Paul Verlaine


HALM met à votre disposition les articles sous format PDF pour vous permettre d'imprimer directement sans passer par un traitement de texte. Lien de téléchargement : http://www.clictune.com/id=284746



Biographie de Paul Verlaine


I. Enfance et éducation

Le 30 mars 1844, Paul-Marie Verlaine née à Metz. Il est le fils de Nicolas-Auguste, militaire de carrière et d’Élisa-Stéphanie Dehée. Ils appartiennent à une famille bourgeoise aisée. Ses parents ont recueilli leur nièce Élisa Moncomble qui jouera le rôle de grande sœur et de cousine auprès de Paul. En 1849, après la démission de père de Verlaine, la famille s’installe à Paris. Verlaine fait ses études à l’institution Landry puis au lycée Bonaparte à Paris.
Entre 1862 et 1864, Verlaine, qui a son bac, s’inscrit en droit mais fréquente des cafés et des poètes. Il renonce alors à ses études pour travailler tout d’abord dans un cabinet d’assurances, puis comme expéditionnaire à la mairie du IXème arrondissement. Il est ensuite expéditionnaire de l’ordonnancement à la préfecture de la Seine. Son premier poème publié est Mr Prudhomme. Son père décède en 1865. Verlaine vit avec sa mère et il amoureux de sa cousine Élisa qui est déjà mariée.

II. Sa carrière

Dans sa poésie, la musique est première, la sonorité jour un rôle important : il cherche à transmettre la sensation et l’impression qui doit effleurer les mots.
En 1866, à vingt-deux ans, Verlaine publie sept poèmes puis Poèmes Saturniens. Il publie à Bruxelles des « Amies, Scènes d’amour saphique ». Le 20 février 1869, il publie « Fêtes galantes ». En juin 1870, la « Bonne Chanson » est publié. Le 11 août, il épouse Mathilde qui est âgée de dix-sept ans. Au début du siège de Paris, il s’engage comme Garde national en restant commis-rédacteur de la Ville.
En juillet 1872, Rimbaud (rencontré en 1871) et Verlaine partent à Bruxelles et à Londres. Mathilde demande alors la séparation avec son mari. Le 8 août 1973, il est condamné à deux ans de prison ferme à Bruxelles puis à Mons. Le 27 mars 1874 sont publiées les Romances sans paroles qui décrivent la période troublée de la vie de l’auteur. Le poète rédige en prison certains des poèmes de Sagesse.
Le 20 mars, Verlaine est professeur à Londres puis professeur en France. En novembre 1881, Sagesse paraît. En janvier 1882, il engage des démarches pour se faire réintégrer dans l’administration (ce qui échoue), il renoue avec les milieux littéraires et publie en novembre Art poétique dans lequel il écrit que la poésie doit être « une chanson gris ». En mars 1884, il écrit le texte en prose Les Poètes maudits. En janvier 1885, est publié Jadis et Naguère. Verlaine souffre d’hydarthrose du genou. Il fait la connaissance de la prostituée Marie Gambier. Mme Verlaine meurt le 21 janvier 1886. Immobilisé à cause de sa jambe, Paul ne peut assister à son enterrement.
Il est désormais presque sans ressources. Le 22 juillet, souffrant d’ulcères aux jambes, Verlaine fait un premier séjour à l’hôpital qui sera le début d’une série (Broussais, Cochin, Saint-Antoine, de la Timone). Le 20 mars 1888 est publié Amour et en Juin, Parallèlement. En 1888, il rencontre Eugénie Krantz, une prostituée et en 1890, la prostituée Philomène Boudin.
En mars, c’est la publication de Dédicaces. En décembre, est publié à Bruxelles de D’Aulcunes, dix-huit poèmes malsains (saisis par la police), sous le pseudonyme de Pablo de Herlanes. Le 21 mai, sa pièce Les Uns et les Autres est jouée au Théâtre des Variétés par la troupe du Théâtre de l’Art. En juin, parait Bonheur. Le 31 octobre, il apprend qu’il a un diabète et la syphilis. En novembre, est publié Mes hôpitaux. Le 26 décembre, les Chansons pour elle sont publiées. Le 16 avril, parution de Liturgies intimes. En mai, c’est la publication d’Élégies, 12 poèmes puis d’Odes en son honneur, dix-neuf autres écrits pour Philomène. En juin, parait Mes prisons et ensuite Quinze Jours en Hollande un récit de voyage. Le 26 mai, est publié Dans les Limbes, dix-sept poèmes sur sa vie à l’hôpital et les visites de Philomène. Le 15 août, c’est la parution d’Épigrammes. En juin, les Confessions paraissent.
En décembre, il contracte la grippe qui l’emportera le 8 janvier 1896, à cinquante-deux ans. En février, c’est la publication posthume de Chair, un recueil de poèmes érotiques, puis à la fin de l’année, d’Invectives, un recueil de 79 poèmes satiriques. En 1903, parait d’Hombres (composé en 1891). En 1913, est publié Biblio-sonnets.
Il fait partie des « auteurs maudits ».

Ailleurs sur le web